3 postures à méditer!

Vous avez sûrement déjà vu cette ancienne reproduction alchimique dans laquelle un homme et une femme se tiennent nus, debout à l’intérieur de trois figures géométriques:
un carré, un triangle et un cercle.
C’est l’une des plus anciennes analyses alchimiques et tantriques de l’acte sexuel. Pour comprendre la rencontre de deux amants nous pouvons nous servir de ces figures géométriques.

La rencontre la plus fréquente peut se représenter sous forme d’un carré.
Dans l’acte sexuel, il y a 2 personnes et quatre parties!
En effet, chacun est divisés en deux: la partie qui pense et la partie qui sent.
C’est comme si vous étiez quatre à tenter de communiquer, ce qui rend quasi impossible une rencontre intime car dans ce cas, la tête prend souvent les commandes au détriment du ressenti.
Cela ressemble à une rencontre mais ce n’en est pas vraiment une!
Il ne peut y avoir de communion réelle dans ce mode de fonctionnement, car la partie la plus intime de soi reste occultée ou dissimulée par les pensées et les émotions. C’est la rencontre de deux têtes, deux processus de pensées, et non pas la rencontre de deux processus de sentir.

Le deuxième type de rencontre peut être comparé à un triangle.
Au début du processus, vous êtes deux: les deux angles de la base du triangle.
Et soudain, un moment d’ouverture se produit; pour un instant vous culminez vers le troisième angle, le sommet du triangle. Vous devenez Un.
Pour un instant, le «deux » se perd dans le un.
Ce type d’expérience est très agréable car au moins pendant un instant et seulement un instant, malheureusement, il y a unité.
Vous vous sentez alors rajeunis et vivants. Ce sentiment d’unité donne de l’énergie, un nouvel élan qui peu à peu va s’estomper pour laisser place à une sensation de manque et à une certaine addiction.

Dans le troisième cas, imaginez qu’après voir franchit l’obstacle du carré, puis avoir expérimenté l’intensité du pic du «triangle» que vous entriez dans un cercle.
Dans cette figure, les angles ont disparu et la rencontre pourrait se prolonger et durer plus qu’un instant isolé.
Dans ce cercle s’ouvre une autre dimension de la rencontre: la «spacialité».
Ici, le temps ne compte plus, les vagues d’unité se succèdent dans un mouvement ininterrompu sans obstacles. Les parties intimes de soi se révèlent alors, l’une à l’autre avec intensité rendant la rencontre non-temporelle et non duelle. Un sentiment de plénitude et de grâce apparaît, se déploie et s’installe durablement.
Les corps ne font plus qu’un, les émotions se fondent en un seul élan qui participe et fusionne dans cette unité qui redonne santé, vitalité et joie.La rencontre dans cet espace ne peut se faire que si vous ne cherchez ni la jouissance ni la «spacialité». Dès le moment où la jouissance est attendue ou se produit le point de contact se perd et vous re-tomberez au mieux dans une rencontre de type « triangle ».

Pour rester durablement jeunes et vivants, «Restez au début, n’allez pas vers la conclusion ».

sit efficitur. libero tempus mi, consectetur nunc Sed non ut mattis Phasellus