Quelques mots sur l’histoire du Tantra

Les historiens situent l’origine du Tantra très loin dans le temps. Les plus anciens de ces textes remonteraient au IVème voire au VIème siècle avant JC et le plus récent aurait été rédigé au XIXème. L’enseignement du Tantra fut pendant très longtemps l’objet d’une transmission orale bien avant l’apparition de l’écriture : il contient une sagesse qui date de l’aube des temps, plusieurs centaines de recueils ont été répertoriés au fil du temps. Le Vijnana-bhairava Tantra est un des textes fondateur auquel nous nous référons dans notre travail, il fut rédigé au début de l’ère chrétienne.
Cependant, le Tantra a pris son essor il y plus de 4000 ans le long des affluents de l’Indus et s’est développé en Inde, puis en Chine et au Tibet.

Les premiers sites importants identifiés comme le berceau du tantrisme :

  • Dans la région de Mohenjo-Daro (au nord de Karachi, actuel Pakistan) une ville de plus de 40 000 habitants à l’époque
  • A Harapa (nord ouest de Delhi)
  • A Lothal (golfe de Cambay à côté de Bombay) un port international qui commerçait alors avec la Mésopotamie, la Syrie, Chypre, Sumer et l’Egypte. On y trouve les premières marques du culte tantrique, du culte de la Féminité avec des « lingam », des serpents entrelacés. Ultérieurement les archéologues découvrirent également
  • Tchatal-Huyuk en Anatolie au sud d’Ankara, une ville de plus de 10.000 habitants totalement « intacte » datant de 9000 ans (avt.JC) et célébrant la Déesse Mère et le « lingam ».

La philosophie

Le terme sanscrit TANTRA contient la racine «tan» évoquant l’idée d’extension et de tissage, il signifie d’abord «fil», «tissu» et plus précisément « chaîne » ou « trame » d’un tissu et par la suite désigne la texture serrée d’un livre. Un tissage comprend une structure et les éléments qui la composent : une trame et les fils qui lui donnent son existence. Le suffixe « tra » suggère l’idée d’intériorité et de salut. Il s’agit de tisser des liens avec soi-même, avec l’autre, avec l’univers sur la trame de la conscience avec le fil de l’énergie.
La voie du Tantra est une voie spirituelle très ancienne, un art de vivre, une véritable façon de concevoir l’univers et le cosmos et de « se concevoir » soi-même dans cet environnement. Les pratiques sont construites dans le sens d’une recherche de l’expansion du ‘couple’ conscience- énergie ou Shiva-Shakti, et comme un cheminement sur la voie de l’amour.
Les textes dénommés « Tantras » désignent également cet ensemble d’ouvrages issus des anciennes traditions spirituelles de l’Inde, décrivant une méthode, et un ensemble de pratiques permettant à l’être humain d’atteindre grâce à ce tissage « la porte du ciel » ou « l’extase » ou « la claire-lumière » de la conscience éveillée.

Les écoles

On reconnaît aujourd’hui deux grandes voies du Tantra :
Celle de la tradition Indoue et celle de la tradition Bouddhique. Schématiquement on peut assimiler le Tantra dit de « la main droite » à la tradition bouddhique qui se fonde sur des pratiques méditatives et des ascèses sans référence précise à la sexualité.
Le Tantra de la « main gauche » inclut très clairement l’énergie sexuelle comme point de départ et moyen de développement spirituel. Il peut prendre des formes méditatives, ascétiques et originales basées sur la capacité à inclure tout ce qui arrive dans l’instant et à suivre le « fil continu » de la conscience et de l’expérience, le Tantra est une voie qui inclut TOUT.

Le Tantra aujourd’hui

L’évolution des mentalités et l’aspiration vers le spirituel de ces dernières décennies sont à l’origine de l’intérêt pour cet enseignement, porté par la présence de Grands Lamas Tibétains, et de Maîtres Indiens authentiques.
De nombreux chercheurs Tantriques ont aussi décrit et enseigné leur expérience du Tantra, citons pour exemple L’enseignant Australien Barry Long très connu pour son travail sur la place de la sexualité dans le Tantra.

La pratique

C’est une voie d’éveil et un ensemble de pratiques visant à élargir le champ de la conscience en plaçant l’humain au centre d’une trame tissée par lui-même, un « réseau de fils » de connections qui le raccorde à la fois à sa profondeur, à la puissance de son être et dans le même temps au monde extérieur et aux plans élevés de la conscience cosmique. C’est une invitation à créer des liens avec la conscience et l’énergie, entre l’univers intérieur et l’univers extérieur : le microcosme et le macrocosme.
Au travers d’une expérience pratique concrète et vécue dans la dimension corporelle nous intégrons la sensibilité, la sensualité, la sexualité, la déraison et la dimension symbolique

Shiva et Shakti : la déesse à la recherche de son Dieu

La tradition Tantrique fait état de deux formes d’énergies symbolisées par ces deux « divinités » deux pôles représentant symboliquement ce couple « structure énergie ».
Shiva représente la conscience pure absolue, c’est le dieu de la création : le principe masculin, mâle, la virilité, il se rattache au culte solaire; la tradition le représente comme le Danseur Divin : l’axe.
Shakti est la déesse, l’énergie pure, le principe féminin, la déesse mère celle qui produit qui crée qui transforme, fertilise, lui révèle son pouvoir de création. Elle se rattache au culte lunaire : la fluidité, l’énergie.
En réalité ces deux pôles sont indissociables à l’intérieur de nous. Ils représentent un être parfait dans sa complétude un être androgyne, c’est-à-dire ‘Homme et Femme’ ,’ Bête et Ange, Soleil et Lune, Lumière et Obscurité, Yin et Yang, Puissance et Conscience.
De cette union jaillit la vie, la lumière et le dynamisme créateur.

Conscience et Puissance

Hommes et femmes simples mortels, nous sommes soumis aux impératifs du quotidien, aux aléas de la vie affective amoureuse et sexuelle, aux différentes formes d’angoisse existentielle …n’ avons- nous pas la responsabilité de notre destinée ? Redécouvrir notre nature véritable ! Réunifier corps et esprit, sacré et profane, matière et esprit, homme et femme, puissance et conscience dans l’axe de notre verticalité. C’est l’objectif de cette voie.

En réalité, notre expérience de conscience est continue, elle n’est jamais interrompue, elle prend simplement des formes différentes et paradoxales au fil des minutes, des heures et du temps qui passe. Nous sommes constamment en train de vivre quelque chose avec des intensités différentes, variables selon le moment, les circonstances et les lieux. Par contre la conscience que nous avons de notre expérience en train de se dérouler, elle, s’arrête . Elle est l’objet d’interruption et de longs moments d‘absence. Ce vide qui est « non conscience » n’a rien à voir avec la vacuité atteinte en méditation c’est plutôt une dispersion de conscience et d’énergie.

Le Tantra propose une méthodologie basée sur l’observation de soi en train de faire, de vivre la situation, de ressentir ce qui se passe en temps réel et de rester conscient.

Le corps comme temple du divin

Avec le Tantra, le corps retrouve ses lettres de noblesse qui lui redonnent sa juste place. C’est le temple de la divinité qui sommeille en nous qui va devenir le lieu matériel terrestre de l’ « union sacrée ». Le lien entre la matière et l’esprit, le canal à travers lequel l’énergie vitale va circuler, se fluidifier jusqu’à devenir énergie extatique et spatiale.
Notre corps est un outil d’une remarquable sensibilité avec une sensualité à fleur de peau, une capacité à écouter, à recevoir, à sentir, à capter, un magnifique instrument pour apprendre à s’abandonner et nous faire confiance. La pratique Tantrique est une invitation à cette rencontre intime et amoureuse avec notre corps. Redécouvrir notre corps, sa sagesse archaïque, sa révolte puissante, la richesse de sa palette de ressentis, ses nœuds émotionnels complexes, ses messages mystérieux.

  • Dans l’expérience du Tantra nous tentons simplement l’expérience de l’intégration de notre axe puissance /conscience à tous les niveaux :
    Au plan physiologique, les ressentis peuvent passer par des sensations de chaleur, de fourmillements, des picotements, des vibrations, de tensions, de sensations d’ouverture, de fermeture, d’étouffement, de libération, d’explosion…
  • Au niveau émotionnel peuvent se manifester des peurs, de la colère, de la joie, du plaisir, du calme, de la tristesse, du dégoût, de la répulsion, un sentiment d’abandon, d’attraction, de sérénité…
  • Au plan de la Transcendance, de la légèreté, une sensation de dégagement intérieur, de circulation, de fluidité de l’énergie, d’un puissant sentiment d’union avec soi-même et avec l’univers.

Nous Occidentaux n’avons pas dans nos histoires ni dans notre inconscient collectif cette tradition méditative passant par des pratiques incluant le corps, nous sommes très cérébraux. Nous avons à conduire une sorte de rééducation qui consiste à mettre en place cette conscience vécue qui permet « d’être » en-même temps que « d’agir », de sentir et de ressentir tout autant que nous pensons.

Les outils d’éveil

En pratique, nous pouvons mettre nos centres d’énergie en éveil par 5 portes d’une richesse insoupçonnée :

  • Le mouvement
  • Le son
  • Le souffle
  • Le silence
  • La relation à l’autre

Démarrer dans la pratique du Tantra présuppose avoir acquis un début de capacité à méditer, à se centrer et à être dans la conscience du moment présent. Le pratiquant du Tantra (tantrika) va continuer à approfondir son expérience à cheminer au travers de pratiques corporelles et respiratoires seul ou avec un(e) partenaire.
L’objectif est d’éveiller l’énergie sexuelle à partir de la partie inférieure du corps (des pieds vers la région anus, sexe puis ventre) faire passer cette énergie consciemment par le cœur pour la conduire ensuite dans les centres énergétiques supérieurs grâce à des respirations appropriées.

En fait, plus nous vivrons consciemment notre corps plus il sera à même de recevoir les énergies intenses mobilisées lors des pratiques tantriques. Ces pratiques interpellent nos peurs et nos souffrances mais stimulent une puissante transformation et la réunification de la matière et de l’esprit en nous, avec la possibilité pour chaque cellule de notre corps de retrouver son intelligence primordiale. Cette alchimie va s’opérer à partir de nos principaux centres d’énergie ou chakras (Roues d’énergie).

Les centres d’énergies ou ‘Chakras’

Bien que les chakras soient encore mis en doute par notre société cartésienne, ils constituent notre anatomie subtile énergétique et sont notre référence à l’énergie et à sa circulation dans le corps humain.

Les 7 principaux chakras

  1. Premier Chakra : L’enracinement : l’énergie de la puissance se collecte dans les pieds et se rassemble à la base de la colonne vertébrale entre le sexe et l’anus : un feu qui va réveiller avec intensité l’énergie vitale à la source de l’énergie sexuelle.
  2.  Deuxième chakra : centre de la vitalité trois doigts au dessous du nombril. En relation avec la force de constriction de la matière: Hara
  3. Troisième chakra : centre de la puissance personnelle à la base du sternum, lieu de cohésion de l’égo.
  4. Quatrième chakra : le cœur lien entre le bas et le haut, lieu de la sécurité, carrefour entre la verticalité et l’horizontalité Centre de la présence à nous-même. Source de l’amour.
  5. Cinquième chakra : Gorge, capacité à communiquer, créativité partage du vécu intérieur.
  6. Sixième chakra : Centre de l’intuition, entre les sourcils perceptions extra-sensorielles visualisation.
  7. Septième chakra : Porte de la non-dualité, sommet du crâne, conscience cosmique transcendance, félicité, béatitude.

Par la respiration à travers les chakras on crée un « espace » de passage, une colonne d’énergie qui dessine sa propre verticalité en reliant le sacrum au sommet du crâne sur un axe terre / ciel qui devient alors un authentique canal circulant plein d’énergie et d’amour conscient.

L’énergie subtile pénètre dans le corps physique dense au niveau des glandes endocrines et des plexus neuro-végétatifs. Chaque centre capte et métabolise les énergies du cosmos ce sont des portes qui ouvrent un lien avec le monde extérieur. Chaque centre est en lien avec les différents éléments d’un vaste ensemble et se trouve relié à de nombreux éléments réels ou symboliques: à chaque centre correspond une fonction, une glande endocrine, un son (vibration), un des cinq sens, une émotion, une couleur, un élément, une planète, une divinité, un animal, un symbole…
L’état d’ouverture ou de fermeture de la réceptivité d’un chakra dépend directement de l’histoire de la personne, de ses souffrances ,des événements traumatiques qui ont jalonnés sa vie présente et probablement la mémoire collective.

Mise en pratique

  • Après avoir lu ce texte, vous pouvez déjà aborder certains aspects de la pratique en confiance par exemple :
    observer ses pensées, ses émotions tout en continuant à être actif, au travail, dans les transports, dans les activités de la maison et dans votre sexualité.
  • prendre un temps pour méditer.
  • apprendre à ralentir, se relaxer.
  • prendre soin de son corps…

Dans un prochain article nous vous proposerons quelques pratiques simples qui vous permettrons d’entrer plus en profondeur dans la voie Tantrique.

ut risus. elementum Praesent libero. venenatis, quis