En cette période de déconfinement, pourquoi ne pas essayer cette méthode de méditation qui propose d’absorber le malheur plutôt que de l’extirper hors de soi?

Voici une méditation originale proposée par Atisha, un grand maître bouddhiste indien (982-1054) à l’origine de la réintroduction d’un bouddhisme pur au Tibet. Il enseignait une méditation simple et très puissante fondée sur la pratique de la compassion « suprême ». Pour rappel, la compassion est le sentiment spontané de bienveillance que nous éprouvons envers quelqu’un; une inclination, un penchant à ressentir ce que l’autre ressent et à le prendre en compte.

Une méditation à contre-courant!

La méthode de méditation d’Atisha utilise la puissance de l’amour comme outil de transformation immédiat. Elle peut paraître extrême pour nous occidentaux et notre ego-centrage naturel nous entraine souvent sur des pistes différentes voire opposées. En effet, nous trouvons tout à fait naturel et logique de commencer plutôt par expirer notre négativité, notre malheur, notre souffrance et ensuite d’inspirer la joie, l’énergie, le bonheur… En d’autres termes ce qui est positif autour de nous. Dans ce processus couramment utilisé, nous ne sommes pas acteur positif de changement car nous ne transformons rien de nous-même. En d’autres termes, nous ne donnons rien. Il suffit simplement de nous alimenter et de rejeter ce qui est « usé » en nous. À charge de la nature de le régénérer. Nous nous comportons exactement comme n’importe quelle machine qui exhale une fumée toxique et avale de l’air frais pour se relancer et se rafraichir. Voilà une pratique assez répandue où il n’y a aucune écologie ni intérieure ni extérieure!

Méditer avec compassion

La méthode d’Atisha est exactement l’opposé. En effet, il nous invite à prendre conscience de notre inspiration puis de notre expiration. Ensuite, il nous propose d’inspirer tout le malheur et la souffrance de toute l’humanité, passée, présente et future. Et lorsque nous expirons, d’expirer la joie et tout le bonheur que nous sommes, d’expirer toute la bénédiction, l’amour qui nous emplit. C’est cela méditer avec compassion.

« Lorsque vous inspirez; dit-il, buvez toute la souffrance et répandez la bénédiction, et quand vous expirez… déversez-vous dans l’existence. »

« Lorsque vous inspirez – écoutez attentivement –

lorsque vous inspirez donc, pensez que vous inspirez tous les malheurs de l’humanité, toute l’obscurité, toute la négativité, tout l’enfer qui existe dans le monde, vous les inspirez et les laissez être absorbés dans votre cœur. »

Aller hop! On passe à la pratique!

Commencez à pratiquer cette méditation en même temps que vous lisez ces lignes… et vous serez surpris de la puissance de cette pratique! Faites-le quelques minutes et observez à quel point vos sensations corporelles et émotionnelles changent, comment votre coeur et votre conscience s’ouvrent doucement.

Au moment où vous absorbez en vous les souffrances du monde, elles ne sont plus souffrances. Le cœur transforme immédiatement l’énergie.
Le cœur dispose d’une force transformatrice insoupçonnée! Quand vous absorbez le malheur et  qu’il se transforme en félicité… alors vous n’avez qu’a le déverser autour de vous. Votre cœur est capable de cette magie, de ce miracle; Il reste juste à l’expérimenter encore et encore.
Gérard Longuet
Cette méditation vous inspire? Nous proposons régulièrement des méditations. Essayez-les!
Vous préférez pratiquer en groupe? Découvrez nos séances hebdomadaires à La Fare les Oliviers (13) ou nos stages
Sed eget venenatis vulputate, dolor venenatis,